Partagez | .
 

 Shane △ And I raised your voice from a stone with the song of the dead.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Shane △ And I raised your voice from a stone with the song of the dead.   Sam 8 Mar - 8:52



Shannon « Shane » Conrad
" L'amour ? avait-elle répondu une fois à une dame prétentieuse qui lui avait demandé : « Que pensez-vous de l'amour? » L'amour ? je le fais souvent mais je n'en parle jamais. "



Nom ∞ Conrad. Du clan des cons en rade. Jeu de mot pourris, eh ! Attends, y'a meilleur : si t'inverse deux lettres ça sonne Conard. Et ça, ça décrit bien assez l'père de la meute ; Prénom(s) ∞ Shannon mais appelée Shane de préférence ;date & lieu de naissance ∞ 30 Octobre 88 à Philadelphie dans un bled paumé. ; âge ∞ 25 ans. ; nationalité & origines ∞ Américaine, irish, néo-zélandaise : rien qu'ça. Cocktail merdique ; métier ∞ Sergent dans l'armée ; conductrice de convois militaire ; orientation sexuelle ∞ Hétérosexuelle. ; Situation amoureuse ∞ Célibataire adepte des plans culs. ; dans ton ipod ∞ Muse - Madness. A cause d'ce con d'Kilian, il l'écoute tout l'temps. ; groupe ∞ Bitter.; crédit ∞ tumblr. ; célébrité ∞ Erin wasson


Caractère
Instable ≜ Shane l'a toujours été d'une certaine manière, voguant d'un comportement à l'autre, d'une émotion à une autre en un claquement de doigt. Cette facette d'elle est d'autant plus exacerbée depuis son retour de l'armée. Agressive ≜ Depuis la mort de son frère, c'est devenu son mode de fonctionnement, son moyen de défense : mordre en première pour ne pas se faire avaler toute crue. C'est une manière de se protéger face à la méfiance qu'elle ressent vis à vis d'autrui. Paranoïaque ≜ Cause à effet de sa méfiance, les gens lui veulent du mal, elle en est persuadée. Un geste généreux et bon de la part d'une personne cache toujours quelque chose de louche. Elle s'angoisse de rien et devient rapidement anxieuse, toujours sur ces gardes comme si le danger allait lui tomber dessus depuis son retour. Routinière ≜ Shane n'aime pas vraiment sortir des sentiers battus, il y a quelque chose de rassurant à faire toujours la même chose. Econome ≜ Avoir grandi avec peu lui a donné une approche différente vis à vis de l'argent, vous ne la verrez jamais balancer de l'argent par la fenêtre inutilement. Energétique ≜ Rare sont les moments où vous la verrez tranquille, dans un coin à ne rien faire. Elle déborde d'énergie et il faut toujours qu'elle fasse quelque chose. Dormir est pour elle une perte de temps. Honnête ≜ Malgré un passé truffé de conneries qui se suivent, Shane s'est corrigée. Elle tient à mener une vie honorable, à se montrer juste pour qu'Iloa aie un exemple à suivre à la différence de ce qu'Shane a vu dans son enfance. C'est le genre de femme qui n'ira pas voir ailleurs par exemple, honnête et fidèle en amour mais elle peut se montrer un peu trop directe quand elle dit ce qu'elle pense. Combative ≜ Pas du genre à lâcher le morceau aussi facilement, Shane est bornée quand elle a quelque chose en tête ou quand elle veut avoir raison.  Indécise ≜ Prendre une décision a toujours été tout un truc avec Shane. Il faut toujours qu'elle y réfléchisse longtemps, pèse le pour et le contre et même quand elle tranche, elle reste parfois hésitante. Cela arrive par moment juste pour choisir entre manger chinois ou au fast food. Sournoise ≜ Peu communicative sur ses sentiments à la base, Shane peut feindre des comportements, émotions pour duper les personnes afin de les blesser par la suite. C'est sa manière de se venger et son plus grand défaut. Pour cela, elle peut être très patiente. Aigrie ≜ Par la vie, par le monde, par tout. C'est le plus grand frein de sa vie, elle ne s'autorise pas vraiment à être heureuse, à aimer ouvertement, à apprécier les choses. Elle se punit elle-même par ce biais estimant qu'elle n'a pas le droit au bonheur. Orgueilleuse ≜ S'excuser, elle ne sait pas le faire et tentera par des petites attentions maladroites de se faire pardonner. S'ouvrir c'est un signe de faiblesse et pour diverses raisons, elle tient à l'aspect dure et solide qu'elle se donne comme si ça la rassurait.


Manies
Shane regarde constamment dans ses rétroviseurs quand elle est au volant, c'est maladif. Elle croit que le danger va survenir à tout moment ou qu'une mine va lui péter à la figure, réflexe qu'elle a depuis l'armée ≜ Boire un verre de whisky en regardant les étoiles quand Iloa dort enfin ≜ Fume toujours dehors peu importe la température, elle déteste l'odeur du tabac incrusté sur les murs ≜ Ne fume pas devant sa fille, si Iloa débarque, elle éteindra sa clope de suite ≜ Se réveille souvent en sursaut pour aller jeter un oeil sur sa fille endormie en pleine nuit ≜ A toujours de quoi se défendre sur elle : une batte, une arme de poing sans numéro de série, un canif' ayant appartenu à son feu grand-père etc ... ≜ Se rend chaque dimanche sur la tombe de Lenny et Papi Braidy ≜ Garde la lettre de Lenny dans son porte feuille ≜ Est sur ces gardes au moindre bruit ≜ N'a jamais son portable sur elle ou l'égare souvent ≜ Achète le journal uniquement pour les coupons de réductions qu'elle découpe chaque matin et pour les promotions ≜ Mets un point d'honneur à n'afficher aucune décoration dans sa maison, à ne pas la rendre chaleureuse mais elle achète un bouquet de fleur chaque dimanche comme son grand-père en avait l'habitude ≜ A gardé quelque manies de l'armée : croiser les mains dans le dos quand elle attend, se réveiller tôt, le lit toujours tiré à quatre épingles, les serviettes pliées carrées, tout doit être impec', etc... ≜ Quand elle doit prendre une décision importante, elle griffonne toujours sur une feuille les pour et les contres pour arriver à se décider ≜ Sa journée commence toujours par un café et une clope si Iloa n'est pas encore réveillée ≜ Se tatouer un petit signe symbolique à chaque évènement marquant de sa vie, elle fait ça depuis la mort de Lenny ≜ Se défiler quand on demande comment c'était la guerre, sujet tabou ≜ manger épicé, le tabasco, il n'y en a jamais assez ≜


Vie alternative
Dans la vie alternative, Lenny n'est pas mort, Shane n'a pas eu à supporter la lourdeur de culpabilité, à endurer un deuil douloureux. La seule erreur qu'elle reproduisit : tomber enceinte jeune mais cette fois-ci, c'était avec un mec bien, un mec qui l'aimait, un mec qui les voulait elle et son enfant, un mec qui lui demanda sa main et fit tout pour les rendre heureuses. Mec mort dans une razzia des BD, laissant une Iloa sans père, une Shane veuve. Malgré son lien fusionnel avec sa fille Iloa, Shane s'engagea dans l'escadron-P ayant pour unique but d'irradier le sol de Christchurch de la vermine que sont les Black Dogs. Pour l'avenir, pour l'avenir de sa fille. Son seul souhait : qu'Iloa connaisse la paix et non la terreur, qu'elle vive et non qu'elle doive survivre. La guerre et la mort pour la paix ! Un avenir plus doux bâti dans le sang  



You, behind your computer
prénom/pseudo ∞ Yorah. ; âge ∞ Chica bawaaaa. ; Comment es-tu arrivé là ? ∞ J'ai suivi Kilian et son p'tit cul. ;  Je suis un ∞ inventé ; Que penses-tu du forum? ∞ Bah j'y suis  ; Un dernier truc à dire? ∞ BOUH. ;
Merci de remplir le code ci-dessous
Code:
<span class="bottin">Erin Wasson</span> ☪ <span class="pris">Shane Conrad</span>


©aslinn.


Dernière édition par Shannon Conrad le Lun 17 Mar - 20:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Shane △ And I raised your voice from a stone with the song of the dead.   Sam 8 Mar - 8:52



This is my story
" My own death was in front of me, and you know what happened? Your life flashed before my eyes. "


« J'ai froid, putain. Il fait froid ! Et t'crois qu'c'est ces guirlandes à l'con qu'vont m'réchauffer ? » Roi Conrad débarque, haleine puante d'Whisky, on sait quand il est là, suffit d'tendre l'oreille, c'jamais silencieux quand il est dans les lieux. Gueuler pour exister, frapper pour s'occuper. Les coups, c'jamais moi qui l'prend, non. C'toujours les frangins qui s'y collent, barrage d'chairs, mon bouclier d'protection mais jusqu'à quand ? M'voilà, gamine d'12 piges à peine, j'sursaute pourtant c'le quotidien, ouaip, c'le quotidien. J'recule pour buter contre l'mur, plus d'échappatoire et c'n'est certain'ment pas la reine mère qu'viendra m'sauver. J'vais m'faire rosser pour avoir voulu foutre une ambiance d'Noël dans c'maudit foyer pourri mais Super Frérot débarque, Super Freddie. Il s'tient d'vant notre ivrogne d'père, barrière entre lui et moi. Signe bref d'la tête qui m'dit d'dégager d'ici, ça pue trop l'merde alors j'dégage, ca énerverait encore plus l'roi Conrad si j'reste dans les parages, si Fred prend ma défense alors l'bro, il l'énerve pour qu'la rage du roi Conrad s'dirige sur lui. Il prend c'que j'devais prendre en pleine gueule. Un grand frère, c'fait pour t'protéger, hein ? Mais ça, moi, j'trouve pas normal. J'file droit, j'm'efface d'mieux qu'je peux juste pour qu'Fred aie moins d'merde sur les épaules parce que c'lui qui nous fait vivre, c'lui qui rapporte l'bouffe qui nous tient en vie, c'lui qui ira voler les boutiques pour qu'Lenny et moi, on aie d'quoi avoir un vrai noël avec des cadeaux. Fred, c'le père noël avec un oeil au beurre noir et l'jointures pétées mais c'le nôtre. C'la glue qui nous laisse pas tomber en ruine.

Lèvre fêlée, bleus, oeil au beurre noir, dégaine d'rien du tout, naufrage social, bagage sans valeur balancé à l'autr'bout de l'océan : Christchurch. Lenny et moi, on s'accroche, on tente d'maintenir qu'Fred a bâti, notre alliance, nos liens. L'pionnier, derrière les barreaux et son absence ? Dure à combler. Mes deux frangins ? C'l'pôle nord et l'pôle sud. Si Fred arrivait à esquiver, s'sortir du pétrin, à ramener les coups, Lenny, lui, les coups pleuvaient et il disait rien. Bloc d'pierre, punching ball, serpillère mais qui chialait jamais. Toujours s'relever, tête haute mais jamais répliquer, jamais n'pour pas attiser l'bête mais bouclier tout d'même, c'pas un dompteur, ça c'l'rôle d'Fred alors j'suis passé à l'casserole aussi. L'vieux Braidy nous accueille chez lui, il voit nos gueules et soupire juste d'vant l'oeuvre d'son fils alcoolique. Tiens, Papi Braidy, un colis d'gosses pour toi, expéditeur : ta belle-fille. « J'aime pas c'pays d'merde ! » J'hausse les épaules « C'le nôtre maintenant, t'sais ! » Lenny s'enterre dans son lit, il s'ferme, il est distant d'puis la rentrée scolaire, peut-être l'lycée qui fait chier ? Au collège, c'pas non plus l'pays aux merveilles, c'le payx aux merdes. « Viv'ment qu'Fred sorte d'taule pour v'nir nous chercher ! » « Encore 5 ans à poireauter » « J'tiendrais pas » « Mais si, on tiendra ! On est ensemble, on a bouffé pire qu'ça » « L'pire n'est pas derrière nous, l'pire sera jamais derrière nous. T'as pas compris encore, Shane ? Not'famille est maudite. Fred est en taule,  nous, envoyés ici comme d'bêtes dont on n'veut plus et ici, c'sent autant l'merde qu'à Philadelphie » A c'te instant, j'ai pas compris pourquoi il disait ça, j'ai pas compris d'quoi il voulait parler, si j'avais su, est-ce qu'ça aurait changer quelqu'chose ?

« Non mais Shane, laisse, j'vais appeler moi ! » « Non, non, c'à moi d'le faire » J'suis celle qu'reste, c'qu'reste d'notre fraternité qui a implosée, baignée dans une flaque d'sang. J'compose le numéro, les mains qu'tremblent, l'coup d'fil l'plus difficile, l'plus douloureux, l'coup d'fil que j'oublierai jamais. J'passe les agents à l'con qui m'filent enfin mon frère à travers les barreaux « Hey, frérot, ça va ? » « Ouaip, l'routine, l'taule quoi ! C'pas comme si j'étais pas habitué. Et vous, ç'va ? Lenny kiffe chez l'vieux Braidy ? » « Fred … j'ai une mauvaise nouvelle. T'peux pas t'asseoir là ? » « Shane, accouche bordel » Silence, j'sais pas comment l'dire, comment passer l'nouvelle en douceur mais y a-t-il une bonne façon d'le faire ? Non. Alors BAM. Clash. « Lincoln est mort, y s'est suicidé hier … Il … Il s'est ouvert l'veines, Papi et moi on l'a trouvé dans l'salle d'bain en s'réveillant l'matin … Non, j'sais pas pourquoi il l'a fait, c'nous est tombé sur l'gueule comme ça … Non j'ai aucune idée … C'dur, j'me retrouve toute seule maintenant mais j'tiens l'coup … Ouaip, ç'va, ç'va, j'vais bien, j'vais bien … Ok, j'te rappellerai plus tard si j'passe les macaques qui t'surveillent … Fred ? Vivement qu't'sorte » Clac. Tonalité. Tonalité sanglot. Les glandes lacrymales qui s'vident. Les Conrad ? En rade.

Maillon manquant d'la chaine, j'rase les murs, j'suis l'p'tite soeur du suicidé. J'attire l'regards d'pitié mais aussi l'regards d'mépris. Être l'p'tite nouvelle suffisait pas, clair'ment pas. Bouffe, Shane et encaisse les ragots, les conn'ries, les blagues d'mauvais goûts. Encaisse et en silence. Y'a l'autre qu'sort d'je ne sais où avec sa cape, l'défenseur, un genre d'Fred version miniature. Kilian. Il astique ceux qu'balancent l'pierre mais c'n'a pas suffit. La pente ? Glissante et qui pourrit. C'à c'te période qu'ça a commencé à changer, ouaip, l'tournant. A force d'trop prendre dans l'gueule, on commence à en avoir marre, à s'lasser d'être une victime alors on d'vient bourreau à son tour puisqu'il y'a qu'ça pour survivre. D'bouffée, j'passe à bouffeuse et en avant l'vie, on croque, on laisse l'mauvaises décisions s'empiler, on laisse l'conneries nous enterrer un peu plus. On vire mal et on s'complaît dans l'médiocrité parce qu't'sais, y'a quelqu'chose d'rassurant dans la misère : on oublie qu'on aurait pu être quelqu'un d'bien mieux et on s'déçoit pas, on oublie qu'y'a l'meilleur et on s'contente du pire. « J'suis enceinte » « C'ton prob' ! Pas l'mien » Enfoiré d'première. Déguste ta déception « Va t'faire foutre » Avortement ? Rêve ! Interdit et l'docteur chelou qui s'propose contre 1000 dollars, pas confiance. Alors mon ventre s'est enflé comme un ballon et ma vie est devenue une prison.

Alors v'là l'schéma, à 19 ans, aucun diplôme en bagage, une gosse de 2 piges dans les bras, amoureuse d'un type que j'mérite pas et une vie pathétique. J'ai pas l'fibre maternelle, nope, j'ai l'fibre connerie. J'continue d'enchaîner histoire d'oublier qu'dehors, y'a les enfoirés qui ont foutu en l'air mon frangin, que justice n'a pas été faite, que mes recherches pour les retrouver n'aboutissent à rien. Course clandestine, j'me sens vivante qu'au volant d'un bolide volé et les paris constituent mon gagne pain jusqu'à qu'je fréquente l'même lieu qu'Fred sauf qu'lui c'le gagnant, moi c'quelque jours pour l'principe mais les agents, c'pas eux qui m'ont fait piger l'leçon, c'est l'vieux Braidy qui m'pose sur l'table d'la cuisine sonnant l'alarme des 19 ans « Shane … ça va pas, ça va plus. T'veux finir comme Fred ? Ta fille a b'soin de toi ! Et puis qu'est ce que t'fous encore avec c'type !? Il t'a laissé tombé pendant ta grossesse et toi, t'retourne dans ses bras ? » « Qu'est ce qu't'veux que j'fasse ? J'fais comme j'peux ! » Il pose sur la table la lettre d'Lincoln qu'j'ai retrouvé y'a quelque années et qu'j'ai gardé comme une excuse pour continuer sombrer. « Non, t'fais d'la merde. J'ai trouvé ça et c'est pas parce qu'des sales morveux ont bousillé l'vie d'ton frère que tu dois en faire d'même avec l'tienne. C'est pas d'ta faute si tu n'as pas vu qu'Lenny allait mal » L'vieux, il appuie où ça fait mal, il sait y faire, c'le jedi. « Si c'd'ma faute ! C'mon frère, j'le connais par coeur et j'n'ai rien vu, j'ai pas vu qu'il allait aussi mal, j'ai pas été là pour lui » « Oh tagueule Shane! T'étais qu'une gamine d'14 piges à cette époque, comment t'aurais pu l'savoir ? Et t'sais très bien qu'Lenny gardait l'choses pour lui, c'était un mur, t'le sais aussi bien qu'moi ! Alors maintenant, ç'suffit l'conneries, t'es plus une gamine et t'es pas toute seule. T'as pensé à Iloa ? » J'pose les yeux sur ma gamine qui joue avec des jouets made in china, des jouets d'pauvres. La vérité c'que non, j'ai pas pensé à elle, j'pensais pas du tout à elle, jusqu'à maintenant, j'en avais rien à foutre. « T'as envie qu'elle vive l'même vie qu'toi ? T'veux quoi ? Reproduire l'même schéma qu'tes parents ou bien changer l'donne et lui donner la vie que t'as pas eu ? » Changer l'donne, ouais et y'a qu'moi qui peut l'faire. Plus j'la regarde et plus j'me vois moi, à son âge. Moi sans rien, moi fêlée, moi dans la misère. Cercle vicieux qu'il faut briser. « L'armée recrute. T'pourrais utiliser tes facultés pour la conduite et la mécanique à l'armée puis ça paye, t'auras un p'tit plus parce que t'es une mère. T'resteras en caserne sûrement » L'armée ? Puisqu'il reste qu'ça mais rester en base ? Mon cul. Ils m'ont envoyé en enfer et à chaque permission, j'revenais toujours en N-Z avec une part d'humanité en moins. 

« Conrad, un appel Skype pour toi ! » La maigrichonne que j'suis devenue s'traine jusqu'à l'unique ordinateur doté d'une connexion internet du camps. J'ai pas envie d'y aller mais j'y vais quand même, j'sais pas pourquoi. Parce que. La voix de Kilian n'tarde pas à s'faire entendre avec conneries à la clé « Mets-la en veilleuse, O'Friel » Il s'marre, il m'énerve encore plus avec son sourire qui reste plus longtemps figé sur mon écran à cause d'cette connexion d'merde. Ma jambe s'agite nerveus'ment alors qu'la tête brune d'ma gamine s'agite d'vant l'écran. « B'jour maman ! » J'ferme un moment les yeux et m'pince l'arête du nez, l'coeur qui se serre, l'envie d'vomir, là. J'me remémore c'te scène qui n'arrête pas d'tourner en rond, ces gosses en plein milieu d'la route, à peine plus âgés qu'ma propre gamine. Rien à faire là. « Continue de rouler. Tu connais très bien le protocole : aucun arrêt. Ca peut très bien être des enfants soldats » « J'vais pas leur rouler d'ssus quand même, c'ne sont que des gosses, j'suis pas venue ici pour tuer des gamins » J'suis pas venue ici pour tuer qui que ce soit d'ailleurs. Naïveté stupide, j'pensais rester au chaud, rester instructrice à enseigner l'mécanique à des soldats, pas partir en mission, pas l'moindre du monde.« Maman ? » J'ouvre les yeux mais c'pas l'visage de ma fille que j'vois, c'est celui d'ce petit garçon et de l'autre petit garçon. Et j'arrête pas d'me demander et leur maman à eux ? Ils en avaient forcément une ! Bordel, qu'est-ce que j'ai fait ?! « Pourquoi tu t'arrête ? T'arrête pas ! » « J'suis ta supérieure, c'moi qui donne les ordres dans ce convoi alors tagueule ! » Que j'me sois arrêtée ou pas, est-ce que ça aurait changé quelque chose ? J'sais pas. « Maman ? » Je sors de ma léthargie et m'force à reprendre une gueule convenable. « Hmm ouais, ouais, j'suis là » Ou presque. J'suis qu'l'ombre d'moi-même, une carcasse qui s'traine. J'suis tellement désolée. 

Bientôt l'odeur du sang, les coups d'feu s'tirent d'partout et dans mes bras, l'corps d'un des gosses. J'appuie sur sa plaie causée par l'une d'nos balles, désastre d'armée, balle perdue, balle d'connerie. « C'va aller, c'va aller, on va t'ramener à notre camps, on va t'soigner » Barrière des langues, il n'comprend pas un seul mot d'ce que j'dis, son regard est lourd d'reproches, d'haine. J'voulais pas ce qui arrive. « Conrad ! Laisse ce gamin et remonte dans l'convoi, il faut qu'on dégage d'ici avant que d'autres débarquent ! » Dilemme d'merde . Mes hommes ou bien ce gamin ? « Bordel, Conrad, bouge ton cul ! » Un d'mes hommes hurlent, s'prenant une balle dans la cuisse. Une réaction, une réaction. J'lève les yeux et voit un autre gamin qui s'pointe devant moi. Son regard semble humide et observe l'gamin qui est dans mes bras, gamin qui semble compter pour lui. Il pointe son arme sur moi, ses mains tremblent. Il a peur, c'pas sa place ici, pas plus qu'l'arme dans ses mains. J'tente de le convaincre par les gestes d'ne pas tirer pour éviter l'pire, éviter l'drame. Il semble hésiter mais finalement redresse son arme et son regard plein de haine sur moi, instinct d'vengeance, j'le comprend, j'aurais fait pareil si on venait d'crever Fred sous mes yeux. Sous l'cadavre d'son ami, cousin ou frère, j'en sais rien, j'cherche mon pistolet automatique, peu certaine.C'moi ou c'lui. Sa mère l'attend peut-être. Alors C'moi. Mais moi, on m'attend aussi. Moi aussi j'ai une famille. Si j'crève, elle va d'venir quoi Iloa ? Et Fred ? Il va pas planter une autre croix à côté d'celle d'Lenny. Alors, non, c'lui

L'coup part. « CONRAD ! » J'ai juste l'temps d'voir son corps heurter l'sol avant d'courir pour revenir derrière l'volant et dégager d'ici. « Je t'avais dit de ne pas t'arrêter » « Tagueule, on a pas d'perte d'hommes nous, on a qu'des blessés contrair'ment à eux ! J'viens d'voir deux gamins crever sous mes yeux » « C'est ça la guerre » « Non ça, c'de l'merde! » J'vois partout leurs regards d'haine sur moi, même la nuit quand j'arrive à pioncer. C'me quitte pas. Parfois, j'rêve d'Iloa qui m'pointe du doigt, doigt accusateur, doigt qui juge. Maman, t'as tué un enfant comme moi. Maman, c'est moi que t'as tué. « J'ai fait un beau dessin pour toi Maman, je peux te le montrer ? » J'reviens à la réalité mais l'mienne et l'sienne sont différentes. J'ai envie d'lui cracher à l'figure qu'moi, j'ai tué un gosse pour qu'elle puisse encore prononcé l'mot Maman mais à l'place, j'grogne n'importe quoi pour accentuer encore plus l'distance qui s'trouve déjà entre nous. « Non. J'ai pas l'temps pour ça. J'dois y aller » J'raccroche. Pourquoi être un être humain et une mère sont deux choses différentes ? Maint'nant que j'ai les mains salies, j'vois pas quoi faire d'autre d'ma vie. Quand la guerre s'imprègne dans ta peau, c'dur d't'en défaire. J'l'ai su en quittant l'Afghanistan et qu'on m'a renvoyé en N-Z avec les mots qui font peur, c'te maladie qu'chaque soldat refuse d'voir en face : Trouble de stress post-traumatique. Les blessures invisibles d'la guerre.  

L'vent, il s'engouffre dans l'bois d'la maison, l'fait craqueler, l'fait chanter. C'doux chant qui a bercé mon enfance et celle d'Lenny. Celle qui murmurait lorsqu'on colmatait nos failles sous nos couvertures. Sur l'table où j'ai partagé mes repas avec tous les gens qu'j'aime, l'enveloppe trône telle une reine. L'cachet de l'armée s'y greffe, brûlant l'papier et mon oeil ? Il l'fixe, incertain, hésitant, dévasté. L'guerre, c'une merde. Mon pays ? Qu'a-t-il fait pour moi ? Sinon m'jeter dans la fosse aux lions comme un bout d'viande à faire couler le sang au nom de quoi ? Au nom de qui ? Pour la paix ? Mais c'te paix vaut-elle quelque chose bâtie sur le sang d'innocent ? Vaut-elle quelqu'chose ? Et moi là-dedans, qu'est-ce-qu'je suis ? … Une marquée à vie, une marquée à vif. On n'oublie pas, on n'oubli'ra jamais, ç'va avec les médailles, ç'va avec l'poste : le fardeau et p'être la punition d'faire couler du sang pour des hommes en cravate assoiffés d'pouvoir. Aucune guerre n'a d'excuse d'avoir lieu, j'ne le comprend qu'aujourd'hui mais c'trop tard car j'fais partie de l'engrenage. Que c'devenu ma drogue. Que c'mon formatage et qu'j'sais pas quoi faire d'autre d'mon existence. J'ne suis bonne qu'à ça. Foutu pour foutu, qu'est-ce-qu'ça chang'ra d'toute ? R.I.E.N. Mon sac, j'le largue sur l'coin d'ma table et j'me redresse. Dans le salon, Kilian et Iloa, lovés sur le canapé, un tetris humain qui tient en équilibre sur l'canapé. Un équilibre qui n'a pas réell'ment b'soin d'moi, un équilibre qui s'suffit à lui-même alors mon absence, elle y chang'ra rien : un vent froid et puis c'tout. Ma présence non plus n'y chang'ra rien non plus alors la décision est toute prise. J'm'assure que les deux soient bien endormis, qu'Morphée les a bien dans ses bras. J'me penche, l'nez enfoncé dans l'chevelure chocolat d'Iloa, il frôle sa joue pleine, son minois d'innocence. Mon front s'cale au sien, caresse et j'm'arrache à elle. Violent. Abrupte. Comme un pans'ment qu'il vaut mieux arracher sec. Tout l'monde peut voir avec aisance à quel point j'suis une mère d'merde mais personne n'peut entrevoir, n'serait qu'une once qu'ma fille, j'l'aime, qu'ma fille j'lui souhaite bien plus qu'je ne l'ai souhaité pour ma gueule. Mes parents m'ont marqué de leur présences : hématomes, lèvres fêlées et j'en passe. J'ai appris qu'les absences sont mieux, ectoplasmes, vaporeuses, elles n'laissent aucunes traces et elles n'sauraient faire autant souffrir qu'une présence, pas vrai ? Ma main, elle s'pose sur l'front d'Kilian, va savoir pourquoi. Première fois qu'j'ai un geste d'ce genre avec lui et ça s'ra le seul pour ce soir. Mes doigts glissent dans s'chevelure en bordel puis s'dégagent et moi, j'me tire vers là-bas, l'écho d'un enfer qu'personne n'entend. La porte s'referme sur moi, sur mon absence et j'crois avec certitude qu'c'est l'bonne chose. Sûrement à tort, p'être bien. Le dos s'tourne et mes pas m'éloignent d'ici, j'me retourne pas, j'me retournerais pas. C'ne sert à rien d'observer des mirages d'une vie trop étroite pour soi. C'ne sert à rien.

©aslinn.


Dernière édition par Shannon Conrad le Lun 17 Mar - 20:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Shane △ And I raised your voice from a stone with the song of the dead.   Sam 8 Mar - 16:49

Je suis prêt à parier que aude danse à poil norah
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Shane △ And I raised your voice from a stone with the song of the dead.   Sam 8 Mar - 17:15

J'avoue qu'hier soir j'dansais toute habillée mais là, plus d'limites, j'me suis mise en tenue d'Eve pour t'honorer. Comme j'te l'disais, Cerise sur l'gâteau. J'vais aller rendre une p'tite visite à mon Karma histoire d'savoir si il m'a pas prévu une merde pour dans les prochains jours.

Ma Shannon *-* Ma chieuse, mon lardon (a)
J'vais la bouffer mouhahaha. J'l'aime, elle est trop belle en plus, j'avais oublié à quel point.
Merci
Revenir en haut Aller en bas
Freddie Lee Conrad

∾ Incantations : 386
∾ Avatar : Charlie H.


MessageSujet: Re: Shane △ And I raised your voice from a stone with the song of the dead.   Sam 8 Mar - 20:11

SHANE.
LA SISTAH.
ON Y TOUCHE.JE BOUFFE.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Shane △ And I raised your voice from a stone with the song of the dead.   Sam 8 Mar - 20:33

Shaaaaaaaane!!!!!!!     
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Shane △ And I raised your voice from a stone with the song of the dead.   Dim 9 Mar - 7:40

Ratatouille : Oui oui, elle dansait à poil ! Elle m'a snapchaté l'truc ! J'ai la rétine qui crame encore What a Face

Mamour : T'vois, j'ai bien fait d'la rameuter, c'te permet d'te souvenir comment elle est trop belle et qu'il faudra vite lâcher Alabama *sors* même si Alabama a des seins, elle XD
ME MAAAANGE PAS ! J'refile la gastro What a Face

Conrad : bon ... j'te découpe des légumes pour bouffer Kilian ?

Alice : BOUIIIIH BOUIIIIH BOUIIIIIIIIH *-* Nous faudra un lien avec Shoshana !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Shane △ And I raised your voice from a stone with the song of the dead.   Dim 9 Mar - 9:14

tu m'étonnes tant de laideur d'un coup tes yeux ont morflé.
Revenir en haut Aller en bas
Louisianna Inch-Conrad

∾ Incantations : 897
∾ Avatar : Emily Browning
∾ Job : Infirmière en pédiatrie


Infos supplémentaires
Relation du perso:

MessageSujet: Re: Shane △ And I raised your voice from a stone with the song of the dead.   Dim 9 Mar - 10:37

D'ailleurs, ça serait bien d'avoir la fraternité. T'me fais un show aussi ? What a Face

_________________
Sharing different heartbeats

We had a promise made ; We were in love. Both under influence, we had divine scent to know what to say. Mind is a razor blade

Revenir en haut Aller en bas
http://mistymorning.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Shane △ And I raised your voice from a stone with the song of the dead.   Aujourd'hui à 15:52

Revenir en haut Aller en bas
 

Shane △ And I raised your voice from a stone with the song of the dead.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shane △ And I raised your voice from a stone with the song of the dead.
» Je cherche le logiciel gratuit TTS voice Editor
» La télécommande Bbox Miami Voice offerte jusqu’au 30 août 2015
» télécommande miami voice
» Convertir Fichier voix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Misty Morning :: II. ECUME DES JOURS ::  Bouteille à la mer :: 
Welcome Home
-