Partagez | .
 

 I can clean impurity, wash away with kerosene

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: I can clean impurity, wash away with kerosene   Lun 10 Mar - 21:23


Calvin Garcías
" Knights, its spitting. Angels die with you "



Nom ∞ Garcías. Clairement pas maori, clairement pas tes oignons. Garcías, un crachat plein d'oseilles. Garcías, un destin d'pingouin tout tracé. Garcías, point final ; Prénoms ∞ Calvin. Comme les slips, ouaip, si t'veux. Et j't'emmerde aussi si t'le veux bien ; date & lieu de naissance ∞ NY ; USA ; âge ∞ 27 ans ; nationalité & origines ∞ Né ici ou là-bas. Une nationalité multi-facette. J'les ai toutes suffit d'rallonger le fric, montrer patte friquée. Je loue celle de la nouvelle-zélande en quête d'une identité imaginaire ou l'vrai moi. Joker. Les origines ? Latinos qui a baisé une kiwi. L'cul entre deux races. Foutu pour foutu ; métier ∞ Héritier. Riche paumé. Flambeur d'oseille. Fauteur d'trouble. Illusionniste identitaire. Organisateur de combats à mains nues officieusement, dans le dos du papa  ; orientation sexuelle ∞ C'pas queer as fuck par ici ; Situation amoureuse ∞ Libre comme l'air. Baiseur à consommer sur place ou à emporter. Enfin, c'sont les astérisques sinon officiellement : fiancé, quasi la bague au doigt, collier du pendu.  ; dans ton ipod ∞ She want revenge - Someone must get hurt ; groupe ∞ Spicy ; crédit ∞ bone_echo. ; célébrité ∞ Rafi Gavron


Caractère
Mauvais perdant •   d'une mauvaise foi qui n'est plus à prouver. Rien que le fait de perdre peut le mettre dans une colère sombre et le rendre violent. Il aime les défis mais ce qu'il aime surtout : c'est gagner.  •  Instable • Une vie stable,  ca n'a jamais été réellement le cas, sa mère lui en donnait l'illusion fausse mais Calvin a toujours été instable autant dans sa vie que dans sa personnalité. Il est façonné de lacunes et tente d'être solide ou d'en donner l'impression. • Capricieux • cliché certes mais c'est un fils de riche et donc monsieur a l'habitude de se faire servir, de commander,  de ne pas lever don cul. Il aime tout avoir en claquant des doigts et sans attendre.  Un brin feignant ? Tout à fait ! • Impitoyable • Quand il s'agit de servir ces intérêts ou son orgueil, Calvin est capable d'occulter la partie molle sous le torse, ce qu'on appelle le coeur ou truc du genre. Il n'y a à ce moment plus  de règles et que le meilleur gagne : lui en l'occurrence. Cependant, c'est surtout en affaire qu'il montre ce côté sans coeur, sans pitié. • Secret • Usurpateur doué,  il oscille entre deux mondes avec brio et sait manipuler les illusions, faconner des émotions sur son visage pour tromper autrui. La sincérité, nope n'est pas une vertue chez lui. La vérité,  la sienne, il préfère la garder pour lui. Rare sont ceux qui savent lire à travers les remparts trompe oeil qu'il a érigé depuis son enfance. • Immature • Car quand il s'agit de trouver une connerie,  monsieur n'est pas à la ramasse : jamais. Faire chier son petit monde : amusant. • Impulsif • Dans le bon sens mais surtout dans le mauvais sens, les coups de sang, de chaud sont fréquents chez lui. Ça n'aide clairement pas son côté bagarreur et les poings viennent rapidement ponctuer les choses • Dragueur ou bâtard au choix • Calvin ne s'est jamais posé plus de 2 mois et encore. Les relations sérieuses lui foutent la trouille et la fidélité n'en parlons pas. Ce n'est pas tant être fidèle qui le dérange,  c'est de ne pas réussir à l'être comme son père. Être un salaud c'est sûrement dans le sang et il est fils de salaud. Autant de ne pas se farcir des déceptions et se rendre à l'évidence : gain de temps. • Insolent • Provocateur • Cynique • Protecteur • Loyal même sans le montrer • Généreux qui aime se faire passer pour radin.


Manies
Possède une trompette et en joue quand ca lui prend sans public • a une voiture d'un vieux modèle,  une collector et une moto dernier cri, modèle unique faite sur mesure dont il est très fier. Sa moto est sa première femme, celle qu'il bichonne le plus. D'ailleurs,  quand une nana lui plaît beaucoup et qu'elle en vaut la peine, il l'emmène faire un tour sur sa moto. Pas la peine de dire que rare sont les filles ayant pu rencontrer sa chère et tendre femme à quatre roues • Le dentiste ? Il hait ca, il fera tout pour eviter de s'y rendre, quitte à endurer une rage de dents • Il fait des dons anonymes aux orphelinats et à la paroisse de Briac et fait tout pour que cela ne se sache pas. Il envoie chier les clochards, se fout de la gueule des démunis,  des handicapés etc... Bref c'est le mec odieux par excellence pour cacher sa générosité • Avant d'avoir recours à la violence,  Calvin aime se venger de façon sournoise pour  rabaisser la personne ou l'humilier publiquement. Tous les moyens sont bons. • il fut fifils à sa maman et par conséquent il va sur sa tombe chaque dimanche avec un bouquet de lys qu'il vente, qu'il neige, qu'il grêle etc... • il a un arsenal d'avocat-requin, des contacts avec les rédacteurs de différents journaux et n'hésite pas à faire appel à eux quand besoin est afin de servir ses intérêts • est un bon cuisinier mais ne le démontre que rarement. Il a une recette secrète : le sandwich Garcìas. Personne n'a encore percé son secret ou n'a réussi à lui tirer les vers du nez • en présence de son père et de son frère, il camoufle son tatouage à la nuque en remontant le col de sa chemise ou d'une autre manière. • il adore le jazz et boire du bourbon


Vie alternative
Sa vie alternative est quelque peu différente de sa vie actuelle : sa mère n'est pas morte mais a déserté les rangs de l'Ordre et la zone verte pour s'enrôler dans l'armée des Black Dogs. Elle est la femelle d'un des dirigeants Black Dogs. Calvin a très mal vécu cette trahison et l'abandon de sa mère le rendant loyal à son père malgré leur désaccord sur certaines choses dont la décision de s'enrôler dans l'escadron-P. Il mène ainsi une guerre sans merci à ces chiens, chaque coup porté par l'escadron-P est comme une vengeance vis-à-vis de sa mère. Calvin est chargé de la sécurité des résidences du bloc 5 et est sergent dans l'escadron-P avec un groupe de soldat sous ses ordres. Niveau vie personnelle : Calvin est un célibataire endurci ne pensant qu'à se battre pour les causes en quoi il croit. Une femelle ne ferait que le dévier de ses objectifs et être une cible pour l'atteindre



You, behind your computer
prénom/pseudo ∞ Yorah ; âge ∞ Blah. ; Comment es-tu arrivé là ? ∞ J'ai craqué mon slip.again. ;  Je suis un ∞ inventé ; Que penses-tu du forum? ∞ Nul  ; Un dernier truc à dire? ∞ On s'fait plez hein (a). ;
Merci de remplir le code ci-dessous
Code:
<span class="bottin">Prénom et nom de l'avatar</span> ☪ <span class="pris">Prénom & nom du personnage</span>


©aslinn.


Dernière édition par Calvin Garcías le Sam 19 Avr - 20:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I can clean impurity, wash away with kerosene   Lun 10 Mar - 21:24



This is my story
" Left no time to regret "



Manhattan, NY, USA ; 2003
Deux fils de deux femmes différentes. L'une en vie, l'autre crevée. Deux fils, un de trop dans cette baraque suintant de luxe. Moi. Douglas. La différence entre moi et lui ? Le regard du paternel. Lui, il le couve d'un regard qui en dit long sur ce qu'il pense, sur ce qu'il ressent et moi, son regard ne dit rien, quedalle. Le néant. J'suis peut-être né de la mauvaise mère ou au contraire de la bonne à voir comment l'autre a fini : six pieds sous terre. Moi, j'en ai une de mère quand mon demi-frère n'en a plus. Il a notre père et qu'il en profite donc. Je tire ma révérence, je tire mon épingle du jeu. J'la tire dans la décadence quand mon frangin a choisi la réussite : chacun son domaine et basta. Je n'ai pas de preuve à faire, de la fierté des parents, je m'en tamponne les couilles avec un cactus. « Calvin Garcias, je vous épingle encore une fois dans vos magouilles » « T'as une preuve, l'vioc ? » L'air offusqué qui s'imprime sur sa face me faire sourire lentement. « Vous ne pourrez pas vous cacher derrière votre nom éternellement, jeune homme ! Je vous aurais » « J'ai hâte d'voir ça, M'sieur le proviseur ! En attendant, mon nom, il ne vous dérange pas quand mon père vous fait des dons généreux » « Ne mélangez pas les choses, c'est votre père qui les fait, pas vous ! Don ou pas, vous serez traité comme n'importe quel autre élève » Mon corps se rapproche de son bureau, le regard planté dans le sien puant d'insolence. « Fais donc ! J'n'attends qu'ça » Le proviseur soupire et me fait son éternel geste laxiste, index pointant sa porte et je la prend sa porte. VLAM. La claque même au passage quitte à briser la vitre de cette dernière : je m'en branle. Garcias passera pour nettoyer, Garcias garde ces murs intacts. Je suis le fric de cette putain d'école pour tous les fricqués de Manhattan. Point.

**
« Qu'est ce qui t'as pris, bon sang ? Calvin, je te parle ! Fais-moi face ! » Je continue d'bouffer mon sandwich sans lever l'oeil vers lui. Pourquoi je le ferais ? Pourquoi hein ? Je n'éprouve aucun respect pour cet homme qui n'est rien d'autre que mon géniteur. Qui n'est rien d'autre qu'un connard sans fond, traitant tout ceux qui l'entourent comme de la merde : ma sœur, ma mère. Tout le monde sauf son fils adoré Douglas. Le roi de la demeure, la digne fierté de la famille. Mon cul ouais ! La main de mon vieux vient frapper le comptoir près de mon assiette. « Calvin, arrête de jouer au con avec moi ! » « Quoi ? T'as peur que l'élève surpasse le maître ? T'en fais pas, p'pa, t'resteras le roi des cons toute ta vie » Mon assiette ? Elle vire contre le mur en face et l'index du vieux se dresse contre ma face comme une épée. J'ai envie d'me pisser dessus … de rire. « Façon, j'avais fini d'bouffer … tu m'as coupé l'appétit » Alors que je lève de mon tabouret pour me tirer de là, le vieux me fait rasseoir violemment avant de m’aplatir la gueule contre le comptoir. « J'en ai marre de ton insolence à la con ! Tu me fais chier, Calvin ! Depuis ta naissance tu me brise les couilles, t'attire que les problèmes ! Je ne te laisserai plus traîner mon nom dans la boue, t'as compris, petit con ? » Alors que je me démène pour me libérer, le vieux resserre son emprise autour de ma nuque, limite il cherche à m'étrangler cet enfoiré ! « Lâche-le, Edouardo ! Lâche-le pour l'amour du ciel ! » Ma mère intervient, tente de le faire lâcher prise en vain. Dans son élan maternelle, elle se prend une gifle en pleine poire « Dégage, Lily ! C'est entre ton putain de fils et moi » La moutarde, elle me monte au pif. Si y'a bien une chose que je ne tolère pas c'est bien qu'on s'en prenne à ma mère et ma petite sœur. « M'MAN ! » J'me défais de l'emprise de vieux con et me rue vers ma mère pour l'aider à se relever. « Enfoiré... » Ma rage laisse place au reste. La gifle donnée ? Il se la reprend en retour déguisée en poing. Fallait pas toucher la reine mère, fallait pas. « Vous vous valez bien l'un et l'autre dans la médiocrité ! Vous vous tirez ce soir, je veux plus voir vos gueules dans cette maison » Qu'il beugle l'autre con, la main à sa joue rouge, mon œuvre, mon plus beau tableau. « Foutez-moi le camps de cette fichue baraque ! De ce pays même ! » Ma mère devient paralysée, incertaine, faisant un pas vers lui comme pour le calmer. Ma mère, l'insoumise, ma mère trop de gentillesse, ma mère, c'est ça qu'il la perdra : son amour que je ne comprendrais jamais pour ce pauvre mec qui n'a jamais cessé de la tromper. « Edouardo, je t'en prie ... » « M'man, laisse tomber ! C'qu'un connard » Je l'entraîne avec moi, la prenant par les épaules qui se mettent déjà à trembler. Ses larmes, je les essuie, je me nourris avec, je nourris ma rancoeur. En avant la décadence. En avant la violence

Christchurch, NZ ; 2005
Dans ce regard, d'la peur, elle a la trouille. Serait-ce d'ma gueule dont elle a peur ? « Dora, c'bon, n'aie pas peur » Elle recule d'un pas, le silence plombant sa langue. Mes sourcils se froncent alors que j'détruis la distance qu'elle met entre nous. « C'moi, Calvin ! N'aie pas peur, p'tin ! » Le mot de trop, de trop. Dora, sœur adorée, recule et part se rouler en boule dans un coin de la pièce. Reine mère apparaît, regard suintant de déception, de tristesse. Elle passe ses bras autour de Dora et la console, j'deviens le pouilleux, l'horrible. Le reflet que me dégueule le cadre photo d'une époque finie m'apporte réponse : j'ai la gueule ensanglantée, l'arcade pétée, le regard sombre, la gueule carnassière. Mes jointures de mes mains sont éclatées, ci et là des vestiges d'un combat mené à son terme : ma victoire. « Calvin me fait peur » Qu'elle dit la soeurette et même pas qu'elle me parle à moi, elle évite mon regard, elle m'évite complètement. Je fais un pas vers elle, elle sursaute et se niche dans le cou de ma mère qui lève une main pour m'arrêter. J'capte le message, je capte. Le ventricule blessé, je détale dans la salle de bain. De toutes mes blessures dans les combats clandestins, c'est cette blessure la plus douloureuse. Ouais. Dans le miroir de la salle de bain, j'fixe mon reflet : dérisoire, misérable carrément. Rejeté encore une fois, tome II. Manque plus que la mater et le compte sera bon. Les ciseaux se planquent dans ma main et si pendant un court instant j'pense à me les enfoncer dans l'aorte, ils partent vers ma chevelure brouillon, ma chevelure en friche. Ca coupe, découpe, tapis capillaire. Le rasoir se rameute, j'élague, rase, refais naître mon visage sous un nouveau jour. Je tourne la page et je prend une décision : celle de faire revenir un frère, un fils. De mettre de côté ma rancoeur, ma rage, ma colère.

**
« Waouh que t'es élégant ! » Qu'elle dit la soeurette en tirant sur ma cravate « Eh oh ! Doucement, femelle ! C'une Ralph Lauren » « Oh excusez-moi, Môsieur Garcias ! » « Ouais excuse-toi, meuf ! » Remise des diplômes et je l'ai eu cette saleté, rien que pour le plaisir d'en boucher des coins à tout le monde. Pour la peine, les deux connards ont fait le déplacement : Roi salaud et Salaud Jr. « Bonjour Douglas » Ma mère s'arme d'un sourire, elle sourit toujours face à sa tête de gland, ça me désole mais ce qui m'effrite encore plus c'est qu'elle reçoit jamais rien en retour. « T'pourrais au moins répondre, sale c.... » « Calvin ... » Dora agrippe mon bras en sourdine alors que ma mère me faire son sourire du « tout va bien, mon lapin » Fuck. Si la courtoisie polluée d'une tension palpable, la tension grimpe rapidement une fois mon diplôme en main et des bouteilles de champagne plus loin. « J'imagine que les félicitations sont de mises mais perso, j'en vois pas l'intérêt. T'as payé combien cette université pour qu'elle te refile ton diplôme ? » « Sois pas jaloux que j'ai pas eu à vendre mon cul pour réussir contrair'ment à toi » « Répète pour voir ! » « Suceur d'queue » Douglas me tacle et rapidement ça s'échauffe. Notre jeu favoris : celui qui bless'ra l'plus l'autre. « Nan mais j'comprend qu'tu sois instable, c'sûr. T'as pas eu d'mère … d'ailleurs, t'peux me rappeler où elle se trouve ? » 1 point pour moi. « Ferme ta gueule, Calvin » « Ah mais ouais, ta mère, elle est raide morte, nan ? » « Tagueule » « En même temps, j'la comprend. Si j'avais donné naissance à un sombre con comme toi, j'me serais aussi éclaté la cervelle » Le mot de trop, de trop et même aujourd'hui, j'le regrette pas. Douglas pète une coche comme je l'ai jamais vu encore et pourtant, j'lai plusieurs fois foutu en rogne. Sa coupe de champagne, il l'éclate contre le mur et m'enfonce le tesson dans le cou : en plein dans le mille. Ma dégaine se ramasse sur le sol, pissant le sang. « En...f...oiré » Ma mère débarque, choquée par ma propre marre de sang. « CALVIN ! … Douglas mais qu'est ce qui t'as pris, bon sang ! » « TAGUEULE toi ! T'es pas ma mère, t'es rien ! Si ma mère était encore là, vous n'aurez rien de ce que vous avez là ! Vous ne serez rien ! RIEN ! Vous n'êtes rien » Et puis, j'ai fini à l'hosto avec une cicatrice dans le cou. Une cicatrice que je recouvrirai d'un tatouage. Ce jour là, ça a signé la guerre entre Douglas et moi, coupant la famille en deux camps net.

Barcelone ; Espagne ; 22 Février 2011
L'alcool coule à flot, la fête n'est pas prête de se terminer. La villa est truffée de gens, de gueules que je connais pas mais je m'enfous, je ne cherche qu'une chose : l'éclate, l'extase. Les meufs, elles me roulent des sourires qui me lancent carte & patte blanche quant à l'accès de leur entrejambe, normal, en parfait hôte friqué du coin, j'suis roi. Pause charnelle : j'me jette dans une chambre vide, trois nana au bras, prêtes à me gâter et s'occuper de moi. Yeehaaa ! Mon portable se met à gueuler pile poil à ce moment là, j'reconnais la sonnerie : Dora. Et franchement, dans un moment à niquer, entendre le générique de Dora l'exploratrice, c'est moyen. Quelle idée à la con j'ai eu de la foutre en sonnerie pour ma sœur, idée à la con ! Je laisse mes trois femelles se faire un remake The L word pour m'échauffer, le combiné greffé à l'oreille « Quoi, Dora ? T'me dérange un max, j'm'apprête à m'enfiler trois salop... » A l'autre bout de la ligne, je l'entends renifler, je l'entends sangloter et y'a rien de mieux pour faire descendre direct au pôle nord ma libido. « Dora ?! C'va pas ? Qu'est ce qu'il y a ? Dora ? Mais parle p'tin d'merde ! » « Il … il faut que tu rentres, Calvin … Prend le prochain avion » « Pourquoi ? Dis-moi ce qui s'passe bordel à cul ! » « C'est maman … Y'a eu un tremblement de terre à Christchurch » « J'prend le premier avion, j'arrive, j'arrive ! » Rien à foutre d'écourter mes vacances, rien à foutre. Les trois garces, je les jerte : j'me tire et rentre au bercail le feu au cul.

**

Un jour et 6 heures. 30 heures. En 30 heures, une vie peut basculer, changer. J'étais parti, le foie prêt à se faire défoncer, la joie au cœur de se mettre la misère et je reviens le cœur prêt à se dégueuler. Le retour est dégueulasse, le retour est noir, le retour est pourri, moisi. 30 heures : tout est d'jà fini. 30 heures, elle est déjà partie. 30 heures et je n'ai plus de mère. 30 heures et je ne prononcerai plus le moment « maman » de ma vie sauf pour parler de souvenirs, d'un spectre. 30 heures et le monde est vide. Maman, j'étais sur le chemin. De l'espoir il y en avait plus. Plus du tout. Plus rien mais j'étais sur le chemin du retour, maman, je revenais vers toi, maman, toi ma maison. Le gratin de Christchurch est présent, des gens qui ont toujours gravité autour de ma mère, des gens que je n'ai jamais vu dans son cercle vitale et d'autres qui sont là pour faire genre. J'ai pas l'coeur de faire d'la merde aujourd'hui, j'ai l'coeur à rien. J'ai l'coeur vide. Dora chiale, moi, j'chiale sans larmes, j'chiale du silence, mon père, il … il rien. Douglas … Douglas, il parle au téléphone, l'oreille greffée. J'ignore, je m'en branle. Père Hoult continue son sermon sur l'éternité, la paix, le faite que maman est au paradis, auprès de notre Père Céleste : puis-je l'interrompre pour dire que je l'emmerde profond et que ce Père si Céleste soit-il me ramène ma mère, là, maintenant. J'ferme ma gueule, j'la ferme bien. Un éclat de rire vient couper la cérémonie, j'dis rien, j'fais l'effort, j'reste digne. Père Hoult termine son speech dénué de sens et le cortège s'allège. Deuxième son qui m'écorche les oreilles, Douglas est mort de rire par je ne sais quelle connerie qu'il entend dans son cellphone. Edouardo pose une main sur son épaule, du genre « vaudrait bien que tu la mettes en veilleuse » mais c'foutu, j'le prend en grippe mais Dora m'arrête, Dora s'accroche à moi, les larmes en cascade, j'mets de l'eau dans mon vin. Pour l'instant. Parce que l'autre salaud, il s'arrête pas à là. Nope. Une fois à la maison, il sort le champagne. Là, excusez-moi, mais j'éclate. « Tu t'fous d'ma gueule ? TU TE FOUS SERIEUS'MENT D'MA GUEULE ?! On vient d'enterrer ma mère et toi, t'sors l'champagne ? » « C'était pas ma mère, c'était rien pour moi » « Bouffeur d'merde ! Elle t'a t'jour aimé, elle a pris soin d'toi d'puis p'tit alors qu'elle avait pas à l'faire, alors que TOI, t'étais rien pour elle ! C'ainsi qu'tu lui montre ta reconnaissance ? » Sa gueule me revient pas, il a c'regard pétillant, ravi d'me blesser, ravi qu'elle soit morte, ma daronne ? Réflexe de rage, la bouteille, j'la prend et la lui éclate sur la gueule. « A ta santé, connard » Qui c'est qui se retrouve ensanglanté sur le sol maintenant, hein ? Chacun son tour. Avant qu'mon père intervienne, j'le tacle « Toi, avant de l'ouvrir ! J'veux le marché d'France, à moi tout seul ! J'suis ton fils que t'le veuille ou non et il n'y a aucune raison qu'j'aie pas ma part du gâteau ! Je veux ma PUTAIN d'part et loin d'vos GUEULES D'MERDE » « D'accord, Calvin » J'tombe presque sur le cul, hein ? Sérieux ? Pour une fois, mon père accède à ma demande. Il aura suffit que ma mère crève pour ça ? Le marché n'est pas équitable. « Calvin, ne pars pas, me laisse pas » « Désolé Dora, j'peux plus rester ici » Un dernier coup dans les côtes du frangin et j'tire ma révérence. Adieu, Nouvelle-Zélande, adieu souvenir.

Christchurch ; NZ ; 2013
C'bien la première fois depuis l'enterrement d'ma sœur que Douglas et moi, on tient dans une pièce sans se planter quelque chose dans l'gueule. On patiente, comme des cons, on regarde Dora poser un pied d'vant l'autre, ré-apprendre à marcher, à reprendre l'contrôle de ces jambes. Depuis son accident, elle est enterrée dans c'te foutue maison d'repos, la cachette qu'mon paternel a choisi pour s'laver les mains d'ma sœur : une estropiée ça n'arrange pas, ça le saoule. « Calvin ! » « S'lut soeurette » « T'en as mis du temps pour venir me voir » « L'boulot, t'sais bien » « Il a fallut que j'me brise les jambes pour que tu daigne ramener ta petite face de lapin » Je cale un bisou baveux sur la joue de Dora et lui mord en passant celle-ci aussi. Ca lui apprendra à blasphémer. « T'sors quand d'ici ? » Silence. Une ombre passe sur l'visage d'ma sœur, j'imagine qu'elle pense n'pas pouvoir sortir d'ici, n'pas retrouver sa vie. Douglas pose une main sur l'épaule d'ma sœur, d'MA sœur « Elle sortira plus tôt qu'elle ne le pense » Enculé d'ta race. J'empoigne le fauteuil roulant d'un mauvais air « Et si ç'se trouve, maintenant ! » Vroum vroum. « Dora Garcias, merci d'attacher votre ceinture de sécurité, nous décollons » Et comme un con, j'me mets à sprinter dans les couloirs, bousculer certains patients, évitons ci et là des chariots. J'me prend pour Schumacher mais le coma en moins. Dora, elle se marre, elle rigole alors que j'commente notre course. Douglas nous rattrape et plante sa main sur mon épaule pour m'arrêter. « Arrête ça, c'est dangereux autant pour les autres patients que pour elle si elle tombe » D'un geste sec, je lui retire mon épaule et le fixe d'un air mauvais avant de lâcher le fauteuil. « N'pose plus jamais ta main sur moi ou j'te perce les yeux » J'embrasse ma sœur et quitte les lieux avant d'le rendre lui aussi infirme.

**

« J'imagine que j'devrais te féliciter : c'laquelle ? La secrétaire que tu tringlais le lendemain de l'enterrement d'ma mère ou p'être la femme de ménage ? » Mon très cher père ne dit rien alors que je lâche sa photo de mariage dans le vide. Après avoir entendu le crac, je referme la fenêtre consciencieusement. « Qu'est ce que tu veux, Calvin ? Si c'est pour voir ta bonne-à-rien de sœur, elle est ... » « N'parle pas d'ma sœur comme ça, vieux snock ! » Je prend place en face de lui, déboutonnant ma veste de haute couture. « J'veux récupérer la colline de maman. Tu t'es marié, certes, okay, rien à foutre de ta gueule mais l'héritage d'm'man, j'le veux » Le vieux a un sale sourire, le sourire que j'ai toujours déteste « Il est hors d'question qu'une autre d'tes gonzesse se proclame en être l'héritière ou j'ne sais quoi » « Je fais ce que je veux » La colère me monte à la gueule. Il est hors d'question que la colline où ma mère a ces plus beaux souvenirs se retrouvent au nom d'une autre pute, non. Jamais ! « Ou alors, on peut parler affaire ! » « Combien t'me le vends ? » « Oh oh Calvin ! Tu es tellement candide … non, je te propose un marché : je te rend la colline de ta mère, tout sera à ton nom et celui de Dora même si tu veux, en contre partie, je veux que tu signe un jumelage entre ma compagnie et celle des Moskvine » Whaaaaat ?! Ok, c'flatteur qu'mon père m'pense capable mais quand même. « Fais pas cette tête, Calvin. J'ai entendu dire que Konstantin se désespère de marier sa fille et tu seras le parfait prétendant pour elle ! » « Par...don ?! » « T'veux la colline de ta mère ou pas ? » « Ok j'le ferais ! J'me marie avec elle, j'signe le jumellage ensuite j'divorce et t'me rend la colline de ma mère. Point. » « Oui, c'est un accord, fiston » « Bien, Papa » C'est sur ces mots dénués de sens et de tout sentiments que je dégage de ce bureau, une mission greffée dans le crâne : me fiancer avec la fille Moskvine et venger ma mère en détrônant mon père. Je prendrais son trône pour le détruire.


©aslinn.


Dernière édition par Calvin Garcías le Mer 23 Avr - 14:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kendall Upham

∾ Incantations : 135
∾ Avatar : J.Kinnaman
∾ Job : Maire adjoint


MessageSujet: Re: I can clean impurity, wash away with kerosene   Lun 10 Mar - 22:53

Tu le craques si bien, en plus. C'foutu slibard. Ma petite polinechienne.

 norah 

Graouuu. Il est bien mignon l'petit Rafi-ki.

Va v'nir mettre de la couleur dans l'coin.

REBIEN...t'façon ce serait malpoli d'finir t'es chez toi.   

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I can clean impurity, wash away with kerosene   Lun 10 Mar - 23:11

Hinhin t'as encore craqué xD

Rebienvenue !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I can clean impurity, wash away with kerosene   Mar 11 Mar - 0:02

Encore un faux espoir d'un nouveau membre, pffffffffffff !   

Non mais c'qui ce beau monsieur là ?  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I can clean impurity, wash away with kerosene   Mer 12 Mar - 7:08

C'est mon cul pas touche   

Au fait. C'est qui la blondasse qui lui fait un câlin sur son vava   .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shoshana Lahad

∾ Incantations : 209
∾ Avatar : Olivia Cooke
∾ Job : Secrétaire, aspire à devenir violoniste


Infos supplémentaires
Relation du perso:

MessageSujet: Re: I can clean impurity, wash away with kerosene   Mer 12 Mar - 7:40

    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I can clean impurity, wash away with kerosene   Jeu 3 Avr - 18:45

Lewis Inch a écrit:
Encore un faux espoir d'un nouveau membre, pffffffffffff !   

Non mais c'qui ce beau monsieur là ?  
Oupsie ! Sorry (a)
C'est Rafiiiii Gavron, peu connu mais il me fait fondre xd



Opium Cunningham a écrit:
C'est mon cul pas touche   

Au fait. C'est qui la blondasse qui lui fait un câlin sur son vava   .
Sa fiancée prout !   

Mon cul mon cul mouais ! Passe le tien d'abord

Shoshana Lahad a écrit:
    
Soshana chou chouuuuuuu !   
*fait des cœurs avec les tuyaux*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shoshana Lahad

∾ Incantations : 209
∾ Avatar : Olivia Cooke
∾ Job : Secrétaire, aspire à devenir violoniste


Infos supplémentaires
Relation du perso:

MessageSujet: Re: I can clean impurity, wash away with kerosene   Ven 4 Avr - 2:46

Aaaaawwww   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I can clean impurity, wash away with kerosene   Ven 4 Avr - 3:11

En demandant plus gentiment déjà !!!
Pfff va falloir la mériter la vierge.

ps : je sens qu'une certaine future mariée va se retrouver avec des épingles dans sa robe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I can clean impurity, wash away with kerosene   Sam 19 Avr - 20:10

S'il vous plaît, vieille fille, auriez-vous l'amabilité d'me passer vot'cul blanc ?  What a Face 
Là, c'bon, ça passe crème !  norah 

Il va la mériter, il vaaaa la mériter ... après (a)

ps : j'sens qu'Calvin va se marier avec une moche à la fin, épingle dans la chair, éruption cutanée suite à de l'urticaire soudain xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I can clean impurity, wash away with kerosene   Mer 23 Avr - 14:22

Je m'autovalide, amen alleluia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: I can clean impurity, wash away with kerosene   Jeu 24 Avr - 6:28

Bon petite concession, après l'avoir épousée (s'il le fait) je veux bien qu'il prenne violemment Opium contre un mur.

Ouai ouai j'espère.

Moche ? je sais pas, ce qui est certain c'est qu'elle ne serra pas parfaite.

Sinon j'aime ta fiche !!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I can clean impurity, wash away with kerosene   

Revenir en haut Aller en bas
 

I can clean impurity, wash away with kerosene

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tutorial clean
» Échantillon de parfum CLEAN
» Ford Fiesta 1.0 EcoBoost 125 ch élue « Clean Car of the Year 2013 »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Misty Morning :: II. ECUME DES JOURS ::  Bouteille à la mer :: 
Welcome Home
-