Partagez | .
 

 Sweet home Alabama

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Alabama Basmadjian

∾ Incantations : 25
∾ Avatar : Gemma Arterton
∾ Job : Barmaid


MessageSujet: Sweet home Alabama    Jeu 4 Déc - 5:37



Alabama Basmadjian
"Hey honey, wanna know me ?"



Nom ∞ Basmadjian, nom hérité de son père, Arménien. ; Prénoms ∞ Alabama, d'après la tribu amérindienne ayant donné son nom à l'Etat. ; âge ∞ 28 ans. ; A Port Righ depuis ∞ sa naissance. ; nationalité & origines ∞ De nationalité Ecossaise, elle est à moitié arménienne et a également des origines américaines et amérindiennes. ; métier ∞ Elle a souvent enchaîné les petits boulots, mais elle est en ce moment barmaid et anime une chorale dans une maison de retraite. ; orientation sexuelle ∞  Indéterminée. Il ne faut pas dire j'aime pas avant d'avoir goûté. ; Situation amoureuse ∞ Célibataire, croqueuse d'homme. Elle a également trois mariages blancs derrière elle. ; dans ton ipod ∞ Un peu de tout, vraiment. ; groupe ∞ Sunday morning.; crédit ∞ Tumblr. ; célébrité ∞ Gemma Arterton.



I'm somebody

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Alabama fait très rarement une bonne première impression. Dès l’instant où on la rencontre, elle peut paraître vulgaire, autant dans sa manière d’habiller que de parler et sans la moindre pudeur. A l’aise avec son corps et se souciant fort peu du qu’en dira-t-on, elle ne se préoccupe jamais vraiment du regard des autres. Très brusque dans ses paroles, elle n’hésite pas à dire absolument tout ce qu’elle pense ou à demander ce qu’elle veut et peu importe si elle ne l’obtient pas. Elle n’hésite pas non plus à exprimer ses opinons, toujours très tranchées. Et c’est sans compter sa sexualité très libérée, qui achève de donner d’elle une image souvent déplorable, en particulier auprès des femmes. Elle semble tout prendre avec légèreté, au jour le jour, sans se soucier de l’avenir. Et pourtant, il suffit de passer un moment avec elle pour en avoir une toute autre opinion. Autant femme fatale que femme enfant, elle s’avère être terriblement attendrissante et attachante. Elle est également énergique, passionnée et probablement, selon la plupart des gens, complètement folle. Elle est immédiatement attirée par les êtres blessés, ceux ayant une histoire forte. Si avec ses ennemis elle peut être extrêmement venimeuse, avec ses amis elle est d’une fidélité sans faille. La rencontrer est comme être pris dans une véritable tornade dont on ne peut ressortir que changé.



On a melancholy hill

Elle s'habille de manière très vulgaire, en dévoilant bien plus que nécessaire. Elle a tendance à tutoyer un peu trop rapidement les gens. Elle est toujours enjouée. Elle a l'insulte facile et peut même se montrer violente quand on l'ennuie. Elle n'a pas la moindre pudeur et se balade souvent en sous vêtements chez elle. Elle a tendance à se braquer dès que quelqu'un n'est pas du même avis qu'elle. Elle boit beaucoup d'alcool. C'est une excellente cuisinière. Elle est très attachée à sa famille. Il est rare de la voir pleurer. Elle semble n'avoir peur de rien ni personne.


You, behind your computer
prénom/pseudo ∞ Cee. ; âge ; Comment es-tu arrivé là ? ;  Je suis un ∞ inventé ; Que penses-tu du forum? ∞  ; Un dernier truc à dire? ;
Merci de remplir le code ci-dessous
Code:
<span class="bottin">Gemma Arterton</span> ☪️ <span class="pris">Alabama Basmadjian</span>




Dernière édition par Alabama Basmadjian le Jeu 4 Déc - 7:51, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alabama Basmadjian

∾ Incantations : 25
∾ Avatar : Gemma Arterton
∾ Job : Barmaid


MessageSujet: Re: Sweet home Alabama    Jeu 4 Déc - 5:38




∾ So let's set out to sea ∾
En 1915, il fut décidé qu’un peuple devait disparaître. Comment parvenir à exterminer un million d’innocents sans que personne ne s’en rende compte ? Il suffit de le faire dans un lieu où il n’y aura pas de témoin. Mes arrières-grands parents y étaient. Parce que c’était leur terre, ils restèrent, tout comme mes grands parents, tout comme mon père, avant qu’il décide qu’il souhaitait recommencer une nouvelle vie, ailleurs. Il était professeur de sciences à Alep. On lui avait promis qu’il pourrait avoir un poste équivalent en Ecosse. Au lieu de ça, il se retrouva sans travail, sans papiers, dans un pays qu’il ne connaissait pas. C’est là qu’il rencontra ma mère, une américaine s’accrochant tant bien que mal à ses quelques racines amérindiennes, et ce malgré ses cheveux blonds et ses yeux bleus.
Je me suis toujours demandée comment mes parents avaient pu s’entendre. Mon père était calme, renfermé. Je ne l’ai jamais entendu dire un mot plus haut que l’autre à qui que ce soit. Au contraire, il a toujours semblé voué sa vie à faire plaisir à tout le monde, sauf à lui-même. Ce que je souhaiterais changer un jour. Ma mère était bien différente. La douceur ne faisait pas franchement partie de son vocabulaire. Au contraire, elle était vindicative, toujours prête à se battre pour défendre ses convictions, et dans son cas ses convictions concernaient la cause des plus opprimés. Aussi, lorsqu’elle rencontra mon père, sans papier et travailleur au noir, ce fut le coup de foudre immédiat, suivi d’un mariage presque tout aussi immédiat. Ma mère tomba enceinte peu après, d’abord de mes deux frères, puis ce fut mon tour. Elle me donna le nom de ses origines, celui de l’état mais aussi de la tribu qui l’avait inspiré.

Mon père était peu bavard au sujet de ses ancêtre. Il aimait les plantes, les arbres plus particulièrement. Il m’apprenait à les reconnaître, et pour que je m’en souvienne, il inventait des histoires à leur sujet. J’aimais tellement qu’il me les raconte et je voyais que cela lui faisait tant plaisir que parfois, je faisais semblant de les oublier afin qu’il les raconte de nouveau. Ma mère en revanche, était bien plus attachée au passé, fière sans doute de faire partie d’un peuple au lourd passé. Enfant, je m’en faisais une idée presque romanesque. Mais je savais qu’il ne m’arriverait rien. Ma famille me protégeait de tout. Je grandis dans une ambiance joyeusement baba cool, où ma maison n’était qu’un vaste défilé de voisins, d’amis, ou même d’inconnus rencontrés au hasard dans la rue. J’ignorais encore que parfois les pires menaces se trouvent sous notre nez, ou dans mon cas, derrière la porte d’à côté.
Parce que mes parents rentraient tard, un de mes frères était chargé de me surveiller. Mais un jour, ma mère rentra plus tôt et me découvrit seule à la maison. Ce qui la mit dans une colère noire. C’est alors que notre voisin, Mr Hansen, nous proposa de m’accueillir chez lui après l’école et de me faire faire mes devoirs en attendant qu’il y ait quelqu’un à la maison. Ils acceptèrent.
Mais chez Mr Hansen, je n’avais pas vraiment l’occasion de faire mes devoirs. Je n’étais pas sûre de comprendre ce qu’il se passait. Je savais que c’était mal, et que je ne pouvais rien dire à mes parents. Mais, ceux-ci finirent bien par se rendre compte que quelque chose clochait. Au bout de huit mois, ils me confrontèrent au sujet de mes résultats scolaires, et je fus bien forcée de leur avouer la vérité. Mon père parla de le tuer, mais heureusement, il n’eut pas l’occasion de faire quoi que ce soit, car Mr Hansen s’évanouit dès le lendemain, et on n’entendit plus jamais parler de lui.

Cette histoire devint un tabou familial. Je ne pouvais dire ce qui m’était arrivé, mais cela laissa une sorte de gouffre en moi, que jamais je ne parvins vraiment à combler. Peut-être est-ce pour ça que je semble être si imperméable à l’amour. L’adolescence fut pour moi une période particulièrement compliquée. A quatorze ans, j’évitais les garçons de peur qu’ils s’aperçoivent que j’avais un problème avec le sexe. A seize ans, je couchais avec tous les garçons pour la même raison. Je me suis calmée avec le temps. Un peu. C’est à cette époque que ma mère me donna le goût de me battre pour ce qui me semblait juste. J’aurais sans doute fait des études de sciences politiques mes parents en avaient eu les moyens. Au lieu de ça, j’agissais de mon côté, commençant à m’engager dans des mariages blancs dès mes dix-huit ans, ainsi que dans des manifestations qui me valurent à plusieurs reprises d’être arrêtée.
Je n’ai jamais vraiment été stable, que ce soit dans le boulot ou dans le reste. Et ça me va parfaitement bien. Je n’ai jamais souhaité de grande carrière, l’argent ou la réussite. Enchaîner les petits boulots me va parfaitement bien, tout comme enchaîner les hommes, voire même les femmes à certaines occasions. Je ne rejette pas l’idée de l’amour, mais c’est quelque chose qui ne m’est jamais arrivé, qui n’arrivera peut-être jamais. J’imagine qu’une vie monotone, avec mari et enfant ne doit pas être pour moi. Mais qui sait, il se pourrait bien qu’un jour les choses changent.



Dernière édition par Alabama Basmadjian le Jeu 4 Déc - 7:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maverick Jones

∾ Incantations : 17
∾ Avatar : Clive Standen
∾ Job : Policier


MessageSujet: Re: Sweet home Alabama    Jeu 4 Déc - 5:53

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alabama Basmadjian

∾ Incantations : 25
∾ Avatar : Gemma Arterton
∾ Job : Barmaid


MessageSujet: Re: Sweet home Alabama    Jeu 4 Déc - 7:08

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Payne McTavish

∾ Incantations : 64
∾ Avatar : Max I.
∾ Job : Tenancier d'un club, tout juste installé et qui risque d'faire cracher les vipères du coin


MessageSujet: Re: Sweet home Alabama    Lun 8 Déc - 0:17

Je valide la délicieuse Alabama norah
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sweet home Alabama    

Revenir en haut Aller en bas
 

Sweet home Alabama

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Home sweet home x H01-003
» AcronisTrue Image Home 2010 Netbook Edition : est-ce que ça vaut le coup ?
» Sweet California, Oh yeah ♫
» Partenariat: "GFX Home"
» Sweet Poka' ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Misty Morning :: II. ECUME DES JOURS ::  Bouteille à la mer :: 
Welcome Home
-