Partagez | .
 

 Notre amour était titanic • Liz'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Lisbeth Cogley

∾ Incantations : 48
∾ Avatar : Charlize Theron
∾ Job : Décoratrice intérieur


MessageSujet: Notre amour était titanic • Liz'   Mar 18 Fév - 14:28



Lisbeth Cogley
"Gare aux étoiles de ninja"



date & lieu de naissance ∞ 8 décembre à Londres, dans le quartier pourri de Brixton . ; âge ∞ 31 ans mais encore bien conservée merci. ; nationalité & origines ∞ D'origines british et italiennes. Nationalité : Anglaise  ; métier ∞ Décoratrice intérieure à son propre compte. Je peux changer une pièce en mettant de la couleur ci et là. Celle qui fera d'un taudis un palace ! Économisez pour un ravalement de façade.  ; orientation sexuelle ∞ Schröphile. Dis comme ça, ça sonne comme un rhume ou une lubie particulièrement vicieuse. Ceci dit, fritophile maintenant que je n'ai plus la bague au doigt ; Situation amoureuse ∞ Vous pouvez répéter la question ? ... Encore une fois ? ... Encore une fois ? ; dans ton ipod ∞ Daft Punk - Get lucky avec comme fond sonore, Dwight qui râle. Lucky, mon oeil ! ; groupe ∞ Bitter.; crédit ∞ tumblr. ; célébrité ∞ Charlize Theron


Caractère
Chaleureuse ⟐ Lisbeth est sociale et affectueuse, elle noue de cette façon les liens et/ou les entretient ainsi. Loyale ⟐ La famille comme les amis les plus proches sont importants, très importants. Quand l'un est triste, Lisbeth l'est aussi. Elle se ferait tout pour aider un proche Energétique ⟐ sauf crise d'angoisse ou de déprime, Lisbeth est constamment en mouvement, toujours pressée à faire 10 000 choses en même temps, à radiner sur son temps. Naturelle ⟐ Loin d'elle d'être un pot de peinture, d'être une manique de la mode, elle s'enfout de ses détails. C'est une femme spontanée. Généreuse ⟐ La main sur le coeur, serviable, elle aiderait ceux dans le besoin sûrement à cause de son enfance dans les quartier pauvre d'Oxford. Franche à tendance virulente ⟐ Ce n'est pas parce qu'elle est affectueuse qu'elle ne dit pas le fond de sa pensée. Il est vrai qu'elle manque parfois de diplomatie mais l'intention n'est pas de blesser. Butée ⟐ Bon courage si vous voulez lui faire changer d'avis ! Caractérielle ⟐ Telle une bombe à retardement, on tire le mauvais fil et ça vous explose à la figure. Sensible, très ⟐ Face de sa personnalité qu'elle tente de cacher. Dépendante & jalouse ⟐ De façon générale, elle s'attache rapidement et comble le vide d'un bébé en devenant dépendante affectivement. Cette tendance concerne surtout Marshall de façon général qu'elle n'aimait pas partager. Imprévisible ⟐ Vu la dominante lunatique de sa personnalité, on ne sait jamais vraiment à quoi s'attendre avec ses humeurs changeantes. Battante ⟐ Lisbeth aime le challenge et ne s'impose aucune barrière pour réussir. Elle fonce tête baissée pour parvenir à ses objectifs, elle ne baisse pas les bras avant d'y être parvenue. Ouverte ⟐ Peut-être trop même. Lisbeth n'a aucune pudeur ni honte sur sa sexualité ou son corps. Elle parle cul comme de la météo, tranquille. Elle s'assume pleinement de ce côté là. Imaginative, minutieuse, tolérante, fière, rancunière


Manies
⟐ Frileuse, elle a toujours une écharpe ou un petit pull sur elle ou dans son sac
⟐ A toujours dans sa voiture et son sac, un flacon d'antidépresseurs en cas de besoin mais il est bien caché
⟐ Tripote souvent un petit pendentif offert par sa mère quand elle avait 8 ans, son alliance s'y trouve aussi
⟐ Boire au goulot directement pour ne pas perdre du temps à se servir dans un verre, laver le verre etc...
⟐ Chercher la présence de Marshall lors d'orage violents
⟐ Est toujours en retard
⟐ Bordélique dans son bureau, c'est bien la seule à s'y retrouver
⟐ S'exprime parfois par mimique faciale au lieu de parler
⟐ De l'eau gazeuse lors des repas ou après, absolument
⟐ Se nourrit exclusivement de surgelés ou de junk food
⟐ Ne peut s'empêcher de tapoter quelque chose des doigts quand elle est énervée ou stressée ou bien de gigoter l'une de ses jambes
⟐ Déprime dès qu'elle a ses règles et est d'humeur massacrante
⟐ Se pincer le lobe de l'oreille quand elle sens qu'elle va perdre patience pour de bon : parfois ça marche, parfois non
⟐ Chanter -faux- sous la douche
⟐ Parle -beaucoup- pendant les films.
⟐ Après une rude journée, se pose devant du catch, de la boxe ou un match de rugby en caleçon long et le vieux t-shirt de fac de Marshall avec un masque au miel & Yaourt sur le visage ( qu'elle finit parfois par grignoter un peu )
⟐ S'endort parfois avec de la musique ou un film pour avoir l'impression de ne pas être seule
⟐ Grignote tout le temps devant la télé et peut vider un pot d'ice cream à elle toute seule
⟐ Compte à voix haute jusqu'à 5 quand elle sent qu'elle a envie de frapper quelqu'un, ça marche une fois sur deux
⟐ Les jours de déprime, elle reste cloitrée chez elle habillée juste d'un peignoir et porte son alliance à son doigt.
⟐ Avoir les larmes aux yeux quand elle rencontre une amie fraîchement mère ou enceinte
⟐ Frapper chez Dwight quand elle sent une crise d'angoisse monter en elle


Vie alternative
Dans la vie alternative, le père de Lisbeth n'a pas abandonné sa famille, non, c'est sa mère qui s'est enfuie avec membre des BD. Lisbeth a dont grandi avec son père qui ne s'est jamais recasé par la suite, focalisant sa vie sur sa fille unique. Aujourd'hui, le père de Lisbeth est l'un des membre du gouvernement, collaborateur de l'Ordre. La cible d'Heinrich Schrödinger sans le savoir. Son fils Marshall a d'ailleurs assassiné le mari de Lisbeth, lieutenant de l'Escadron-P. Lisbeth est donc veuve depuis quelque mois.  



You, behind your computer
prénom/pseudo ∞ Yorah ; âge ∞ réponse ici. ; Comment es-tu arrivé là ? ∞ Les extra-terrestres sont venus me chercher avec leurs soucoupes ;  Je suis un ∞ un scenario de Marshou ; Que penses-tu du forum? ∞ Bah ...  ; Un dernier truc à dire? ∞ Prout ;
Merci de remplir le code ci-dessous
Code:
<span class="bottin">Prénom et nom de l'avatar</span> ☪ <span class="pris">Prénom & nom du personnage</span>


©aslinn.

_________________
Please remember you used to love me
sitting in the dark, I wish you were here. When was the last time you thought of me ? Or have you completely erased me from your memory ?


Dernière édition par Lisbeth Cogley le Dim 2 Mar - 12:10, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lisbeth Cogley

∾ Incantations : 48
∾ Avatar : Charlize Theron
∾ Job : Décoratrice intérieur


MessageSujet: Re: Notre amour était titanic • Liz'   Mar 18 Fév - 14:29



des amours de naufragés

"Allez que le bateau revienne
Moi sinon j'y vais à la nage
Dans les sanglots je me noie
Toi dis moi que tu reviendras"


6 ans - Unique. C'est ce que j'ai toujours été. Une seule enfant dans cette petite maison de campagne, plantée entre mon père et ma mère. On était bien tous les trois et heureusement que j'avais mes cousins et mes cousines pour jouer et avoir de la compagnie. On vivait dans le quartier pauvre d'Brixton mais je n'ai jamais manqué de rien, j'avais tout ce dont j'avais besoin : l'amour de mes parents et ma famille. Mais rien ne dure éternellement, non. Y'a toujours une brèche quelque part. « Maman, pourquoi tu pleure ? J'ai fait quelque chose ? » Je regarde ma mère pleurer, avachie sur l'unique fauteuil démodé qu'on possédait et mon père se tient là, peu fier et je pense qu'il le pouvait avec ses valises à ses pieds. « Ne rend pas les choses plus dures qu'elles ne le sont, Elizabeth » Je comprend pas très bien, c'est quoi les choses dures ? Il tourne les talons, je ne comprend pas, il part en voyage ? Mais et nous ? « Papa ! Papa ! » Il se retourne pas alors je le suis.« Papa ! Où tu vas ?! » Je commence à paniquer car il se retourne pas alors je m'accroche à la jambe de son pantalon « Papa ! Et nous ? » Oui et nous ? Il nous emmène pas ? « Non. Je vous emmène pas. Là où je vais il n'y a pas de place pour vous ! Retourne avec ta mère » Co...Comment ça ? Je comprend pas, un papa c'est censé rester pour toujours ?! Non ? L'angoisse monte, je ne comprend pas et j'ai peur tout à coup. Et nous ? Qu'est ce qu'on va devenir ? « Papaaa ! » Je m'accroche de toute mes forces, il me repousse et me somme de retourner voir maman mais moi je ne veux pas, je veux pas qu'il s'en aille. « Papaaaaa ! PAPA !! Attends ! PAPA ! » J'ai tenté de lui courir après, il est monté dans un bus mais j'ai continué de courir pour rattraper ce bus. Mais j'étais trop petite et le bus trop rapide. Ma tante est venue m'attraper et j'ai regardé le bus partir, c'est tout ce dont je me rappelle de mon père. Il a marqué mon esprit de ce souvenir triste et est devenu un spectre. J'ai appris plus tard comment s'appelle ce sentiment : l'abandon. Les hommes, ça part toujours, ça t'abandonne toujours, c'est l'unique leçon que m'a apprise mon père.

18 ans - « M'man ! Voilà ma paye de ce mois-ci ! » « Ma puce, tu devrais garder ton argent pour t'acheter de jolies robes ou je ne sais quoi ! » Je lève les yeux au ciel et lui plaque un bisou sur sa joue creuse. « Comme si j'allais laisser ma petite maman payer les factures toute seule. Impensable » Elle secoue la tête face à mon entêtement  « Moi je dis que tu devrais profiter de ta jeunesse et t'acheter de jolies robes, ainsi, tes copines de fac arrêteraient de se moquer de toi » J'éclate de rire et la serre contre moi « Je m'en fiche de ce qu'elles peuvent bien penser de moi ! J'ai l'habitude qu'on se moque de moi parce que je viens d'un quartier pauvre et je m'en fiche complètement ! Un jour, je les ferais toutes taire quand j'aurais mon propre cabinet de décoration et que je travaillerais avec les plus grands » Ce n'est pas l'ambition qui me manque, j'ai un objectif en tête et je ferais tout pour y parvenir ! Ce n'est pas ses dindes qui m'arrêteraient, oh non ! « Bon ! Ne m'attends pas pour dîner ! J'ai cours cet après-midi puis j'enchaîne avec mon job de serveuse ! » « Ma fille, tu devrais te ménager un peu ! T'as deux boulots à demi-temps et tes études. Cherche toi un petit ami plutôt » « Non ! Mon temps libre, je préfère le passer à gagner de l'argent, j'ai mes études à payer ! Puis un petit ami, ça sert à rien, perte de temps et d'énergie ! Les hommes, on peut pas leur faire confiance ! A ce soir, m'man ! » Sans lui laisser le temps de répondre, j'attrape mon sac et court attraper mon bus.

24 ans - « Regarde le beau gosse est encore là ! Mate ! Il te regarde ! » « Je m'en fiche ! Bon tu sers les verres de la table 9 ? » « Rhooo ! Liz ! Tu vas pas me dire que ce beau-gosse ne te fait ni chaud ni froid » « Ni chaud ni froid, les mecs, c'est très bien en coucherie d'un soir, rien de plus. Un homme, ça te laisse toujours tomber, ça t'abandonne à chaque fois » « Ce que t'es pessimiste » «  Ce que tu es naïve ma pauvre fille ! Bon ces verres ! » « T'es vraiment pas fun, Liz, tu pense qu'à bosser. Je te le piquerais bien » « La table 9 et la ferme ! » Alors qu'elle me tourne le dos pour aller servir nos clients, je lance un regard lourd de sens au bellâtre et lui sourit. Il ne tarde pas à venir me voir au comptoir.« Salut » Je me mords la lèvre « Salut, je prend ta commande ? » « J'aimerais bien savoir comment tu t'appelle » « 3 livres sterling, et je te le dis » On se sourit, je me fais désirer, je tend la main et il pose l'argent dans le creux de ma main, je ne me prive pas pour effleurer ses doigts. « Lisbeth Cogley … et pas la peine de me faire la cours, je ne suis pas intéressée » Il affiche une moue déçue mais il n'a pas l'air d'être le genre d'homme à lâcher l'affaire facilement, je rigole doucement et prend congé étant de service. « Bonne soirée dans ce cas. A demain soir Lisbeth » « C'est ça, à demain soir, Marshall Schrödinger » Il me jette un regard étonné, il ne m'a pas dit son prénom ni son nom mais j'ai fait ma petite enquête sur lui. Je lui souris et retourne à mes clients, l'ignorant pour le reste de la soirée. Le jeu du chat et de la souris a commencé ce jour là mais jamais je n'aurais cru que le chat attraperait la souris, ni même que je ferais confiance à un homme, encore moins que je le suivrais jusqu'en Nouvelle-Zélande. Cupidon a débarqué et a dégainé ces flèches, j'en suis tombée amoureuse, c'était insensé que je vive loin de lui alors j'ai quitté ma mère maintenant mariée à Jack, sans ça, je crois que j'aurais eu plus de mal à partir. Le coeur serré, j'ai dit au revoir à ma ribambelle de cousines et cousins qui ont toujours peuplé de rire ma vie pour suivre l'amour de ma vie en N-Z où j'ai trouvé une vie trop calme et silencieuse que j'ai eu du mal à supporter au début. Mais, l'essentiel était là : Marshall. Même si ma famille était contre notre relation, peu importe, c'était lui et personne d'autre. Point barre.

26 ans - « Liz, chérie, t'es certaine de ta décision ? » Je me retourne en soupirant en tentant de ne pas froisser ma robe de mariée « Certaine ! Je veux me marier avec Marshall et être une Schrödinger » Ma mère grimace et passe une main dans mes cheveux. « J'ai jamais aimé ton Marshall, je lui fais pas confiance ! En plus, je trouve ça aberrant que tu veuille fonder une famille avec cet énergumène ! » Je souffle et fronce les sourcils. « Mamaaaaan ! C'est ma décision ! Punaise ! » « Jack ne veut pas t'accompagner à l'autel si c'est pour que tu te marie avec ce sale type » « Bon déjà de un, je ne te permet pas d'insulter mon futur époux, il sera le père de tes petits enfants que tu le veuille ou non et de deux, tant pis pour Jack ! J'ai toujours vécu avec le faite de ne pas avoir de père, je m'en porterai très bien ! » Elle soupire à son tour et recouvre mon visage de mon voile.« Ok, d'accord. T'es grande, c'est ta décision mais si un jour tu regrette, promets-moi de divorcer et de rentrer. Je serais toujours là pour toi, ma porte te sera toujours ouverte » Je m'observe dans le miroir, certaine que je ne le regretterai pas. « Liz, je suis sérieuse ! Promets-moi de divorcer si tu es malheureuse avec Marshall ! » « Je te le promets maman ! Maintenant, tu permets ? Je dois aller demander à Eachan de m'accompagner à l'autel » Malgré que je sois allée à l'autel au bras du meilleur pote de mon époux, que Jack se soit levé pour s'opposer à notre mariage à la question fatidique, ce fut le plus beau jour de ma vie … et ça l'est encore.

2011 - Enragée, je jette de toutes mes forces le test de grossesse dans le lavabo de la salle de bain. De l'autre côté de la porte, Mashall m'attend, il attend la réponse tant attendue. J'ouvre la porte et baisse les yeux. « Alors ? » « Négatif, encore négatif. Encore ! » Déception, frustration, profonde tristesse. Les larmes me perlent les yeux alors que les bras de Marshall m'enveloppent mais je reste inconsolable. Cette sensation de vide dans mes entrailles ne s'envolent pas, ni cette impression d'être creuse. J'ai toujours voulu avoir une grande famille, être entourée d'enfants, de rire mais mon ventre reste désespérément plat et la solitude de mes nuits commencent à me rendre complètement folle. La tristesse ne s'en va pas, non, elle reste. Davantage quand Marshall disparaît je ne sais où, sans un mot sans savoir s'il va revenir et moi, je n'ose pas demander, trop effrayée de la réponse, trop peur de tout perdre. Je suis malheureuse, trop mais je m'accroche du mieux que je peux, ce n'est pas encore le moment de tenir ma promesse faite à ma mère. Je ne peux pas le quitter.

Janvier 2012 - Toujours rien, rien de chez rien. Je m'enfonce dans la dépression, je m'enlise dans la tristesse de mon quotidien peuplé de spectre d'enfants qui ne choisissent jamais mes entrailles pour venir sur terre. La vue des mes amies avec leurs enfants, de leur ventres ronds deviennent insupportables. Je ne peux plus, je n'en peux plus. Réveillée par le vide à mes côtés, par le bruit le moteur d'une moto, j'observe encore la silhouette de l'unique personne chère à mon coeur épouser les ombres de la nuit. Il s'enfonce dans la nuit jusqu'à disparaître et immédiatement, je vois l'image de mon père qui nous abandonne. Ecorchée, ce sentiment d'abandon m'étouffe, Marshall m'abandonne pour je ne sais quoi, une femme peut-être ? Je me laisse glisser sur le sol, j'étouffe, je manque d'air. Assise là, pétrifiée par l'orage qui gronde dehors, j'attends, je l'attends, ne sachant même pas s'il va revenir ou pas, les scénarios les plus fous prennent vie dans mon esprit alors que le tonnerre gronde. J'attrape mon flacon d'antidépresseurs cachés dans ma table de chevet et en avale un. Je hais ses médocs mais la fin justifie les moyens. 5 hr du matin sonne, la porte claque enfin, je sursaute alors que je boucle ma dernière valise. Je quitte la chambre pour aller à sa rencontre dans la cuisine, le coeur lourd, le coeur déjà brisé par ce que je m'apprête à faire. « Il faut qu'on parle » Il pose son casque et ses clés. « J'en suis plus capable, je supporte plus cette situation. C'est devenu trop douloureux de te voir partir à chaque fois en pleine nuit pour aller je ne sais où en me demandant si tu vas rentrer, si ça y est tu m'as abandonnée pour quelqu'un d'autre ou je ne sais quoi. C'est trop pour moi ! » Il jure fidélité mais je n'écoute déjà plus, il me reste que l'écho de ma tristesse, rien d'autre. « Peu importe … Ma décision est prise ! Tu peux déjà te considérer comme un homme divorcé, je ne reviendrais pas sur ma décision » « Quoi ? Tu … c’est fini ? Comme ça ? Après tout ce que l’on a vécu ? Tu me laisses ? Dis-moi … est-ce que c’est parce qu’on a pas encore d’enfant ? » «  … Oui ! Y'a un peu de ça aussi ! C'est un tout qui fait que je ne supporte plus de vivre ici avec toi, d'être avec toi » « Merde Lisbeth… Cet enfant, je le veux autant que toi ! Tu sais, ça fait 3 ans demain qu’on essaie d’avoir un bébé. QU’ON essaie. Tu penses être toute seule là-dedans ? Moi aussi je trouve ça difficile ! » « Ne rend pas les choses plus dures qu'elles ne le sont ! » Je crois entendre mon père, j'abandonne à mon tour, je fais la même chose que lui. Je me brise. « Oui ! Oui ! Je suis seule ! J'ai 30 ans et je n'ai pas encore d'enfants ! On essaie et toi tu t'en va en plein milieu de la nuit ! Si ça se trouve tu as des enfants quelque part d'autre ... Je ne supporte plus cette situation ! Bref ! On va pas se faire souffrir plus longtemps. Mes valises sont prêtes, je te laisse la maison, je retourne en Angleterre. Je t'enverrais les papiers une fois que je m'en serais occupée ! » Valises en mains, je lui ai lancé un dernier regard, j'aurais aimé le serrer une dernière fois contre moi, lui dire que malgré tout, je n'aimerais que lui mais cela aurait été de la torture pour lui, comme pour moi. Je suis juste partie un matin encore plongé dans la nuit, comme mon père.

Février 2012 - « Ca va mieux ? » La main rassurante de ma mère éponge mon front humide. « je … argh non j'ai encore envie de vomir ! Foutue intoxication alimentaire » J'attrape la bassine et vomit pour la troisième fois depuis que je suis réveillée. Ma mère me fixe et se mord la lèvre. « Tu pense pas que tu … pourrais être enceinte ? Ca dure depuis ton arrivée tout de même. » « Non, ça doit être le changement de climat etc... » « La N-Z n'est pas si différent de l'Angleterre ! Enfin, il vaut mieux que tu vois un médecin, Jack t'y emmènera » Impossible que je sois enceinte, vraiment pas. Je n'y crois plus mais je me laisse entraîner de force chez le docteur, ma mère est tout aussi entêtée que moi, pire combinée à Jack, c'est pire. « Madame Schrödinger ... » « Non, c'est Mademoiselle Cogley maintenant » « Oh mes plates excuses, je vous annonce que vous êtes enceinte de deux mois » Je tombe des nues. « Pa... Pardon ? » J'en reviens pas. Du docteur de famille, je passe au gynécologue, première échographie. Je vois un petit bout de chou de 5mm « Hmm, on dirait qu'il sera grand » Je souris « Comme son père » On distingue la tête du reste du corps, l'ébauche de quelque organes, le début de ses membres : la langue, l'oreille interne, ses yeux. Sa circulation sanguine forme comme un circuit lumineux. C'est un faite, je suis heureuse, le sourire revient. « Je vais rentrer en N-Z, je suis enceinte d'un mois ! Je vais retrouver Marshall » « Tu peux rester avec nous, on t'aidera à élever cette enfant, tu n'as pas besoin de Marshall » « Maman, c'est tout aussi son enfant que le mien, je veux lui dire qu'il est père et partager ça avec lui. Plus besoin de ce maudit bout de papier » Bien entendu, rien ne dure éternellement. Non, rien.
***
Le téléphone ne s'arrête pas de sonner mais je n'ai pas la force de me redresser du lit. La douleur me prend les entrailles et la tête me tourne. Fiévreuse. Je panique, le bébé va-t-il bien ? Qu'est ce qu'il se passe ? Le téléphone reprend son chant et ma main quitte le berceau de mon ventre à peine gonflé pour le prendre. Marshall. Mon coeur fait un bond alors que je me crispe sous une vague de crampes abdominales. Mon doigt glisse vers le bouton vert, mes lèvres s'apprêtent à lui parler, lui demander de venir me chercher, de me récupérer, à lui dire que le cadeau que l'on attend depuis des années est enfin là, que divorcer, je ne veux plus. La douleur me foudroie brutalement et le portable m'échappe des mains. Un coup d'oeil et je retire d'un geste brusque la couverture qui me recouvre : le lit est tâché de sang, une mare de sang qui s'écoule de mon entrejambe. « Non ! Nooon ! Non ! Noooooon ! » Mes supplications n'y changent rien, le flot continue de me quitter et la douleur de me submerger. « Marshall ... » Un appel à l'aide que personne n'entendra si ce n'est que moi et mon bébé qui s'en va, qui part, qui me quitte. Il n'aura jamais entendu la voix de son père. C'est sur cette pensée que je raccroche au nez de Marshall et éteins mon portable. Coupable. Je suis coupable de n'avoir pas pu garder notre enfant et de ne pas pouvoir lui en offrir un. « Lisbeth ! Lisbeth ! Mon dieu ! Tu vas bien ? Qu'est ce qu'il se passe » « Maman ! Oh maman ! » Dans les bras de ma mère, je m'effondre en larmes.

Janvier 2013 – « Tu es bien arrivée ? » « Ouais m'man ! » « Tu fais quoi ? » « Je défais mes paquets » « Franchement, je comprend pas pourquoi tu t'entête à revenir en Nouvelle-Zélande » « Oh par pitié, M'man, on a déjà eu cette conversation ! Mon bureau y est, la vie que j'ai bâti y est » « Et ton ex-mari aussi » « Oh punaise mais c'est pas pour lui que je suis revenue, bordel ! » « Surveilles ton langage ma fille ! » Oui, bien entendu ! Je ne suis pas revenue pour Marshall, pas du tout ! Ce serait être maso ! Non, j'ai tout un tas d'autres raisons de revenir vivre ici et Marshall n'en fait pas parti, pas du tout ! Je reprend ma vie en main lentement mais sûrement en tenant de passer à autre chose, de me reconstruire, d'oublier le reste. Par ailleurs, mon voisin n'est pas si mal et il pourrait peut-être m'aider à monter mon canapé, rien que le canapé bien entendu. Se flouer les souvenirs en tombant dans les bras des autres, ça me paraît être une douce chute mais je n'ai pas d'autres idées.  

©aslinn.

_________________
Please remember you used to love me
sitting in the dark, I wish you were here. When was the last time you thought of me ? Or have you completely erased me from your memory ?


Dernière édition par Lisbeth Cogley le Dim 2 Mar - 14:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marshall Schrödinger

∾ Incantations : 141
∾ Avatar : Michael Fassbender
∾ Job : Avocat de la défense au criminel


Infos supplémentaires
Relation du perso:

MessageSujet: Re: Notre amour était titanic • Liz'   Mar 18 Fév - 21:08

Schröphobe.

Je ne suis pas convaincue que ça sonne bien, ça sonne comme une phobie   

LISBOUTHHHHHHH       
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kit O'Reilly

∾ Incantations : 59
∾ Avatar : Romola Garai
∾ Job : Avocate d'affaires


Infos supplémentaires
Relation du perso:

MessageSujet: Re: Notre amour était titanic • Liz'   Mar 18 Fév - 21:37

LISBETH!!!!!!!!!

Tu voudras toujours être la coupine de Kit ?   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lisbeth Cogley

∾ Incantations : 48
∾ Avatar : Charlize Theron
∾ Job : Décoratrice intérieur


MessageSujet: Re: Notre amour était titanic • Liz'   Mer 19 Fév - 6:01

Phobie des club de golf  norah 

OUIIIII toujouuuuuuuuuuuuuurs *-*

_________________
Please remember you used to love me
sitting in the dark, I wish you were here. When was the last time you thought of me ? Or have you completely erased me from your memory ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lisbeth Cogley

∾ Incantations : 48
∾ Avatar : Charlize Theron
∾ Job : Décoratrice intérieur


MessageSujet: Re: Notre amour était titanic • Liz'   Dim 2 Mar - 14:52

Je valide (a)

_________________
Please remember you used to love me
sitting in the dark, I wish you were here. When was the last time you thought of me ? Or have you completely erased me from your memory ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marshall Schrödinger

∾ Incantations : 141
∾ Avatar : Michael Fassbender
∾ Job : Avocat de la défense au criminel


Infos supplémentaires
Relation du perso:

MessageSujet: Re: Notre amour était titanic • Liz'   Dim 2 Mar - 15:04

                                                                                                                                                                                                 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lisbeth Cogley

∾ Incantations : 48
∾ Avatar : Charlize Theron
∾ Job : Décoratrice intérieur


MessageSujet: Re: Notre amour était titanic • Liz'   Dim 2 Mar - 15:27

T'en peux plus hein   
Allons bastonner Lisbeth maintenant youhouuuuuu  

_________________
Please remember you used to love me
sitting in the dark, I wish you were here. When was the last time you thought of me ? Or have you completely erased me from your memory ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Notre amour était titanic • Liz'   

Revenir en haut Aller en bas
 

Notre amour était titanic • Liz'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Coin] Parlons des filles d'amour sucré
» Le fleur d'amour
» Logo "Il était une fois..."
» Celui qui lie l'amour et la beauté n'a jamais connu l'amour. Celui qui lie l'amour et l'horreur a déjà aimé.
» Gondolier mon Amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Misty Morning :: II. ECUME DES JOURS ::  Bouteille à la mer :: 
Welcome Home
-